About the author

Bruno Etchenic

Rédacteur en chef Informaticien de profession, créateur du blog portail-aviation en 2012. Rédacteur des actualités du (feu) magasine Air Fan

Related Articles

45 Comments

  1. 1

    Anonyme

    Superbe article !

    Reply
    1. 1.1

      Anonyme

      Superbe démonstration, en effet.
      Un client pourrait hurler avec raison à la tromperie sur la marchandise.
      Dans un monde normal, on pourrait y voir la signature d'une stratégie perdante, et perdante pour toutes les parties.
      Seule la puissance d'intimidation des USA peut expliquer la ruée vers la dépendance volontaire
      de la part des acheteurs.
      Le cas s'est déjà produit pour le Canada et U.K au détriment de 2 avions
      que ces pays avaient conçu jusqu'au stade prototype- et qu'ils ont dû férailler…
      Les avions sont pour la Canada le Avro Arrow et pour U.K. le BAC TSR-2.
      Il est vrai que U.K. a avalé beaucoup de couleuvres au nom de "relations spéciales' qu'elle seule croit devoir préserver…

      Reply
    2. 1.2

      Anonyme

      Excellent, si cela pouvait servir de leçon aux états européens pour se pencher sur le Rafale et éventuellement en acquérir.

      >Nota bene: fabricant s'écrit avec un c et non "qu"

      Reply
  2. 2

    Anonyme

    Merci beaucoup; bel article, clair et bien écrit!

    Reply
  3. 3

    Sylvain LECHAT

    Un avion pour les gouverner tous !
    #LeSeigneurDesAnneaux

    Reply
  4. 5

    Anonyme

    Excellent article et très bonne argumentation. On comprend ainsi l'acharnement US à "tuer" commercialement le Rafale par tous les moyens (il n'est pas question à Washington que la France vende UN SEUL Rafale à l'export, la question ne se discute même pas).
    J'ai été longtemps vent debout contre le JSF à cause de cela; toutefois l'évolution absolument jubilatoire du programme vers un fiasco technique et financier absolu me redonne espoir et confirme peu à peu une vieille intuition, à savoir que le lobby militaro industriel US (qui dirige pratiquement le pays) est finalement plus bête que dangereux.
    Je persiste à penser qu'un abandon pure et simple de ce programme délirant finira par se produire, en particulier du fait de l'abandon du F 35 B qui ne sera selon moi jamais opérationnel. Si les Russes ont abandonné le YAK 141 (dont est inspiré le F 35 B) c'est bien qu'il y une raison, le mode de propulsion choisi étant un non sens.
    Quant aux européens je partage la déprime des gens de Saint Cloud vis à vis de leur niaiserie pro US.
    De fait, plus le temps passe plus je me dis que lorsque viendra le jour de choisir un partenaire à Dassault pour l'après Rafale, pourquoi ne pas choisir un partenaire plus "exotique", non européen (il n'y a rien à attendre d'eux et Washington y veillera) mais réellement indépendant (qui se ressemble s'assemble).
    Pourquoi pas l'Inde par exemple ?

    Reply
  5. 6

    Anonyme

    Le Secret de la "Recette" Américaine:
    1/3 de Savoir
    1/3 de Savoir-Faire
    1/3 de Faire-Savoir !

    Reply
  6. 7

    Anonyme

    il semble que la version à décollage vertical ou court doit le faire sur des surfaces renforcées.
    Impossible sur des routes ou des navires non préparés, on est loin de la souplesse des Harriers.

    Reply
  7. 8

    Anonyme

    hé oui toujours l'éternel question du financement obscur des USA qui empêche de vendre d'autres produits comme le RAFALE, comment les anglais avoueront-ils de se tromper ??? ils sont toujours asservis par leur " maitre " l'oncle sam

    Reply
  8. 9

    Richard Hallade

    Que dire de plus ? …rien, tout est dit.

    Reply
  9. 10

    Anonyme

    Un article que j'ai vu passer au début de l'été, sur le gâchis que représente ce programme pour le peuple américain :
    http://thinkprogress.org/world/2014/07/09/3458101/f35-boondoggle-fail/ (en anglais)

    J'ai particulièrement apprécié le tacle dans la description de l'image d'entête 🙂

    Reply
    1. 10.1

      Anonyme

      Vous vous rendez compte que http://thinkprogress.org/ = "progressistes" = abrutis communistes voulant la destruction de l'Occident?!!

      Reply
    2. 10.2

      Anonyme

      Amalgame foireux et hors sujet!

      Reply
  10. 11

    colonelMoutarde

    bonjour,
    Je trouve l'article très intéressant mais je me permet d'apporter quelques nuances concernant le code source de n'importe quel logiciel informatique. Il n'est pas nécessaire d'avoir accès au code source d'un logiciel pour qu'il accepte des données en entrée. c'est exactement ce que je fait en ce moment en publiant une réponse sur ce blogue. je en modifie pas le code source. De ce fait les américains ont certainement prévu une interface dans l'avion pour qu'il accepte de nouveaux profils radars, des profils de missions voir même que les acquéreurs puissent développer leurs propres logiciels qui s’exécuteront dans une zone dédiée. Comme un plugin par exemple. des millions de logiciels son développés pour Windows sans que le code source ne soit disponible.

    Reply
    1. 11.1

      Anonyme

      J'espère bien, sinon s'il faut comprendre des millions de lignes de code avant de modifier un paramètre, on n'est pas rendu…

      Reply
      1. 11.1.1

        Rémi

        Ma compréhension est que: on peut rentrer un nouveau profil, mais pas une nouvelle stratégie de contre mesure.
        Par exemple vous ajoutez un radar, mais vous ne pouvez pas dire à votre radar AESA dés detection emet un bip toutes les x microsecodne sur la fréquence Y. Ce qui veux dire que vous ne pouvez pas le combattre efficacement vu la vitesse des compbats aériens.
        De même pour un missile, vous pouvez rentrer un profil, mais pas dire lache les leurres 4s avant impacts parce que c’est la meilleure distance pour ce type de missile.

        Reply
  11. 13

    Anonyme

    Très intéressant.

    Dans le hors-série aviation de sciences&vie de 1997 (!) à l'occasion du salon du Bourget, l'article sur le JSF, par Germain CHAMBOST, se termine comme ça:

    "Au fond, peu importe le respect du calendrier, des coûts unitaires ou l'avenir du JSF. On se demande aux Etats-Unis, s'il débouchera jamais sur une production véritable d'avions de combat, en une, deux ou trois versions. L'enjeu se situe au-delà…"

    Reply
  12. 14

    Anonyme

    Vraiment très intéressant ! Merci.

    Reply
  13. 15

    Anonyme

    Très intéressant, et un peu effrayant aussi ! Merci !

    Reply
  14. 16

    Anonyme

    Le Programme F-35 est le seul à ne pas transférer intégralement les technologies (code source inclu) ?
    Dans le cas du rafale casi-vendu à l'inde , comment ca se passe ?

    Reply
  15. 17

    Thomas Mansencal

    Excellent article!

    Par contre: "Sans code source, on ne peut rien faire. Les USA se refusant à livrer ces fameux codes, il faudra s’en référer à leurs services, et au passage obtenir leur accord tacite de leur part pour modifier l’avion."

    Oui et non, je ne sais pas ce qui est prévu a ce niveau la, mais rien n'empêche LM de fournir une API pour le stack software du F35 et donc de permettre aux clients d'interagir avec celui-ci (Bien entendu dans les limites de cette API). Ainsi donc dire que "sans code source on ne peut rien faire" est faux.

    Reply
    1. 17.1

      Bruno Etchenic

      Dans le contexte cité du combat électronique (mais c'est un exemple car il y en a d'autres), effectivement on ne peut rien faire, ou pas grand chose.
      On achète un avion de combat que l'on va utiliser pendant 40 à 50 ans. Il va donc falloir adapter les systèmes de contre mesure, et de contre-contre mesure de l'appareil (autant valable pour la défense que pour l'attaque), aux menaces qui vont apparaître dans ce domaine pendant toute la période.

      Dans un système entièrement numérisé, où chaque composant agit en corrélation avec l'autre, et surtout où il est piloté par un logiciel centralisant toutes les informations, et gérant la réponse aux menaces, il est difficile de laisser la possibilité à un utilisateur de programmer une réponse sans interférer sur le reste.
      La mise au point du Growler aux USA a été retardée d'environ un an et demi justement à cause des problèmes liés à l'emploi des nacelles de brouillages qui empêchaient l'utilisation normale de plusieurs systèmes, dont le radar dans certaines plages de fréquence. Embêtant.
      Alors bien sûr, programmer une réponse à une menace n'ayant qu'évolué à partir d'un existant, ça peut être faisable, mais réagir à quelque chose de complètement nouveau, là c'est autre chose. Pour prendre l’exemple de notre Rafale national maintenant, le coût d'une amélioration de Spectra se chiffre en dizaines, voire en centaines de millions d'euros. Et on ne parle là que de modifications logicielles. La moindre modification nécessite de tester que l'ensemble du reste n'ai pas régressé, les tests de compatibilité électromagnétiques sont rigoureux, et dans ce domaine, la simulation ne fait pas encore tout.
      Toucher à un élément aussi central du système de combat d'un avion ne peut se faire sans une connaissance approfondie de tout son environnement.

      Alors si ma phrase est fausse, on pourrait à la limite dire que sans code source, le champ des possibles est extrêmement limité. Mais dans le temps, c'est tellement limité… Que ça en revient presque au même.

      Reply
  16. 18

    Anonyme

    Passionnant ! Merci pour cet éclairage !

    Reply
  17. 19

    Anonyme

    en effet lecture très intéressante!!

    Reply
  18. 20

    Anonyme

    Article très intéressant.
    Je tiens néanmoins à vous signaler quelques coquilles :
    «Mais tous sont unanimes pour dire que le challenge posé par la conception d’un avion commun et répondant aux besoins des trois armées, “furtif”, avec une cellule de base étant capable révèle de pouvoir atterrir verticalement ou d’opérer sur un porte-avion relève de l’impossible.»
    «les USA annoncent déjà une réduction de la cible d’acquisition de 2978 à appareils, ».

    Reply
  19. 21

    Anonyme

    complet un régal pourvu qu'il tombe pas dans le panneau

    Reply
  20. 22

    Anonyme

    Il y a à boire et à manger dans cet article !
    Plutôt conspirationniste qu'informatif !

    Reply
  21. 23

    Anonyme

    en effet, article de grande qualité !!

    Reply
  22. 24

    Anonyme

    Il faut réagir de toute urgence à cet impérialisme américain que Charles de Gaulle avait mis à la porte de notre pays. Un seul mouvement politique en a le courage en France : l'UPR, Union Populaire Républicaine. Une majorité doit se former pour le soutenir, élire François ASSELINEAU président de la République française en 2017 et lui donner une majorité à l'Assemblée Nationale pour retrouver notre souveraineté nationale en sortant de l'UE, en sortant de l'euro et en sortant de l'OTAN. Voir upr.fr

    Reply
  23. 25

    Anonyme

    L'auteur n'a rien compris au sujet qu'il a tenté de traiter.
    Si les politiciens ne sont pas des techniciens, ces derniers ne sont pas des politiciens; à chacun son job.

    Reply
    1. 25.1

      Bruno Etchenic

      Si je n'ai rien compris, c'est que j'ai alors écris beaucoup d'âneries! Pouvez vous développer de manière argumentée ?

      Reply
  24. 26

    Anonyme

    l'effet mossanto !

    Reply
  25. 27

    Anonyme

    Je ne comprends pas pourquoi il faut reprogrammer un avion pour mener un combat; avez-vous des exemples précis où il a fallu faire cela?

    Reply
    1. 27.1

      Bruno Etchenic

      C'est une remarque récurrente, je ferais bien de le prendre en compte pour préparer un article là dessus.

      Reply
  26. 28

    Fabien Hyvert

    Si on se range du point de vue de L-M, avouons que ces gens là ne font pas les choses si mal que ça. Car soyons francs: l'avenir du F 35 s'annonce radieux: il est sans rival et s'imposera par son seul gigantisme financier comme LA solution, même si il vole moitié moins bien que ses ancêtres.
    Et là, je m'interroge: à l'heure des conflits assymétriques, ou même la maîtrise aérienne n'est plus la pierre angulaire de la victoire, ni même un gage de supériorité, qui aura besoin d'un appareil omnirôle et hautement performant?

    L'armée française, parce qu'elle n'a pas d'autres choix pour exister dans ce vaste conglomérat qu'est l'O.T.A.N.
    Face à des pays sous équipés, ou un des mouvements insurrectionnels, un avion aux performances plutôt basse est un moindre mal si son armement embarqué lui permet de faire mouche et de revenir à bon port: la force de l'appareil sera alors dans son avionique, comme nos ingénieurs l'on bien compris et mis en pratique sur le Rafale.
    Un rafale qui ne se vend pas… et alors? la vente de matériel à des pays étrangers demande une absence de scrupule certaine: on sait ce que l'on cède, et on ne peut garantir que pour le client, un gage de souveraineté national ne se transforme pas en outil de répression. Et au vu de la tendance Franco-française de faire la morale plutôt que de bonnes affaires, j'ose poser la question: pourquoi proposer clef en main la technologie d'un bombardier nucléaire furtif doté d'un haut degré d'auto protection quand il s'agit d'une ARME DE DESTRUCTION MASSIVE?
    Qu'on l'admette de bon cœur ou non, les Américains nous donnent une fabuleuse leçon. Militairement d'abord, en ne cédant que des appareils au rabais tout en promettant la main sur le cœur que d'après leurs standards, malheureusement leaders en la matière, il s'agit du nec plus ultra, car de la "cinquième génération", un terme apparu à l'horizon des années 2000 et qui désignait un appareil dont l'interface fusionnait les capteurs… on parle maintenant de furtivité…

    Financière ensuite car si en France, Serge Dassaut s'était livré à des manipulations portant sur de telles sommes, les budgets de l'Europe entière aurait été ponctionné au seul profit de l'industrie militaire française…

    Commerciale enfincar en prévendant son produit, l'avionneur Américain se moque de savoir si il comblera ses clients, ni si il sera construit dans les temps.

    Alors, messieurs les industriels, soyez humbles devant le miracle qui se produit sous nos yeux et prenez-en de la graine. Regroupez-vous en une solide holding aux allures d'E.A.D.S et copinez avec les politiques pour vous assurer de leur soutien en promettant des emplois européens, mais construisez en Inde et en Turquie tout ce qui peut l'être. Prenez pour référence des concepts solides et éprouvés et partez en chasse de clients avant de serrer le moindre boulon. Prévendez l'avion à bas prix et promettez la lune, même si c'est un bombardier et que votre client veut un chasseur trisonique: c'est un avion et il vole! ça fera l'affaire même si le client fianl hurle que c'est de la daube: il aura déjà payé une partie du contrat.

    Et enfin, en toute fin, faites avec ce qui est possible et prévoyez vous une bonne marge car le but d'un commerce, c'est de gagner de la thune.

    Et à ce compte-là, il y aura peut-être de la place entre Sukkhoi et Lokheed Martin, même pour un constructeur rangé sous la bannière de l'O.T.A.N.

    Reply
    1. 28.1

      Samarkand

      “pourquoi proposer clef en main la technologie d’un bombardier nucléaire furtif doté d’un haut degré d’auto protection quand il s’agit d’une ARME DE DESTRUCTION MASSIVE? ”

      Parce qu’ils ont peut-être le bombardier, mais ils n’ont pas la bombe? Sauf pour l’Inde mais Rafale ou pas ils ont déjà les moyens de s’en servir

      Reply
  27. 29

    Montaudran

    Bonjour,
    Je voudrais apporter un contrepoint à ce qui pu être dit dans l'article et en commentaire. Ce que je vais dire sera attaquable mais je pense que quand tous les commentaires sont trop unanimes il est bon de laisser entendre d’autres arguments, l’avocat du diable en somme.
    En propos liminaire je dirais que je me place uniquement du point de vue des USA.
    L’USAF à fait dans les années 90 un mauvais choix mais logique selon le contexte de l’époque : cad le développement de la 5eme génération et la politique de vieillissement de la génération des F-16/15. Le bon choix aurait été de continuer à acheter des lots de F-16/F15 en prenant le soin de développer les systèmes et armement. Il aurait pu le faire car il y a eu un « trou » de menace aérienne entre 1990 et 2010. Aujourd’hui l’USAF aurait une flotte jeune et capable de réduire en cendre tous ses possibles adversaires. Ce n’est qu’aujourd’hui que l’USAF aurait eu à développer un nouveau couple High/low mix de 5eme génération.
    Maintenant mes contestations :
    – Il est dit dans l’article que l’avion n’est pas au centre du projet. Je ne le crois pas, l’USAF est dans une mauvaise passe, sa flotte est vieille. L’auteur l’a relevé dans un autre article et l’épisode des criques sur le support de canopée des F-16 D le prouve. Il y a un réel et impérieux besoin du F-35. Je dis le F-35 car l’USAF n’a plus le temps de repartir d’une feuille blanche.
    – Il est dit que le F-35 ne sera jamais un bon avion de combat. Ce que je répondrais c’est ne regarder que derrière soit. Il est certes arrivé au Pentagone de prendre de mauvaises décisions telles que les versions sans canon des F-4 au Viet Nam cependant il ne faut pas exclure que la supériorité aérienne de demain ne soit plus le résultat de la supériorité dynamique de la cellule. Celle-ci pourrait être très subsidiaire par rapport à la capacité de traitement de l’avion et de l’avion dans son réseau. Le F-35 n’est peut être que le premier pas dans l’intégration des capteurs et de la puissance de feu de différent vecteurs avions/drones/navires présent sur zone.
    – Jusqu’ici je n’ai pas parlé de la furtivité qui donne sans doute aujourd’hui une totale impunité aux F-22 mais qui sera sans doute moins « souveraine » dans les années à venir. Plus qu’une invisibilité je crois que la connaissance précise de sa propre image radar chez l’ennemi est un atout maitre. Pouvoir s’approcher en sachant que sous tel ou tel angle on n’apparaît pas encore permettra de manœuvrer plus librement.

    Reply
  28. 30

    Anonyme

    Bonjour,
    A la lecture de l'ensemble des posts, et d'après ce que j'ai lu dans d'autres sources, j'ai le sentiment que le programme F35 est avant tout un écran de fumée qui permet de financer (grâce en partie à l'UE) les recherches liées à d'autres programmes militaires, et je pense notamment au B2 de Lokheed Martin qui serait le seul avion capable de performances hypersoniques, grâce à la technologie MHD embarquée : pour rappel, cette avion coûte 2 milliards de $ l'exemplaire…

    Reply
  29. 31

    Ledoux Jean

    Si le f35 ne peut pas sortir si il n'est pas accompagné d'un f22, alors pourquoi ne pas l'accompagner d'un Rafale?

    Reply
  30. 32

    Anonyme

    Bonjour a tous
    Tout d'abord, merci pour cet article, qui comme pour l'ensemble de ce site, apporte un éclairage très complet et permet de s'affranchir des lieux communs que l'on retrouve sur la quasi totalité des sites/articles traitants de l'aviation militaire.

    Je me permet toutefois de vous signaler 2 petites erreurs de saisie, cela vous permettra de les corriger :

    – point 2 (juste avant la photo du F35B) : "base étant capable révèle de pouvoir atterrir" => le rélève est une erreur de saisie 😉
    – point 2 (juste après la photo du F35B) : "sacrifiées sur l’hotel" => autel

    Merci encore pour votre admirable travail !

    Reply
  31. 33

    Anonyme

    Merci pour cet article ébouriffant !

    Reply
  32. Pingback: Le portail des passionnés de l'aviation: Le F-35, la machine pour dominer le monde, Made In USA. | Freezon

  33. Pingback: Le programme américain qui siphonna les budgets militaires européens – minipostblog

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2015 Tous droits réservés "Le portail des passionnés d'aviation"