About the author

Yannick SMALDORE

Yannick SMALDORE

Rédacteur et analyste spécialisé sur les questions de défense. Modérateur sur le site air-defense.net. Consultant et chercheur en relations internationales, stratégie et défense.

Related Articles

13 Comments

  1. 1

    Wako

    bonjour, des précisions sur cette évolution de la cellule du rafale, plus grand et plus furtif ?
    Merci !

    Reply
    1. 1.1
      Yannick SMALDORE

      Yannick SMALDORE

      L’idée n’est pour l’instant qu’évoquée, mais il s’agirait d’avoir une cellule plus longue adaptée à l’emport de l’armement nucléaire qui succèdera à l’ASMP-A, et qui devrait être à la fois plus lourd et plus long que son prédécesseur.
      Tant qu’aucune demande officielle n’a été formulée par nos armées (si cela arrive un jour), il ne sera pas possible d’en dire plus, ou alors ce ne serait que conjonctures.

      Reply
  2. 2

    Rémi

    Excellent article, très bien documenté.
    “un Président américain à la fiabilité plus que douteuse concernant les affaires européennes, le moment pourrait être bien choisi pour appeler à un revirement de la politique étrangère belge.” : Oui, c’est vraiment le moment pour les pays européen de remettre sur la table la question de rester intégré à l’OTAN qui revient à choisir le camp américain ou devenir un contre-pouvoir neutre vis-à-vis de russes et américains. N’a-t-on pas notre propres intérêt ? Depuis la fin de la IIe guerre mondiale, on défend les intérêts américains, peut-être cela suffit-il… On aurait déjà dû se poser cette question lorsque le bloc de l’est s’est effondré. Grave erreur : on a isolé les russes et cela a créé Poutine.

    Reply
    1. 2.1

      Wako

      Poutine était là avant qu’on isole les russes et il n’y avait pas de problème avec lui.
      Par contre le monde a eu des problèmes avec Obama, Bush, Clinton …
      a vous de conclure…

      Reply
      1. 2.1.1

        Rémi

        Ben, faut étayer… On ne comprends pas bien ce que veut dire “Poutine était là avant qu’on isole les russes”. Il est bien arrivé au pouvoir après Gorbatchev et après Ieltsine. Donc après que le bloc communiste s’effondre ?
        Ce que je voulais dire c’est qu’on aurait dû dissoudre l’OTAN.
        Les avionneurs européens (et les autres industries), auraient dû réfléchir à plus collaborer avec les russes. C’était un énorme marché.
        Je me souviens en 89, pour moi, c’était prometteur… Je me trompais.
        Ben oui, le monde a eu des probèmes avec Obama, Bush, Clinton, … Mais aussi avec Sarkozy, De Gaulle, Merkel, Hiro-Hito, Napoléon, Gengis Khan… On ne voit pas très bien le rapport. C’est un peu hors propos, non (sans vous vexer) ? Ou alors, je n’ai pas bien compris votre discours.

        Reply
        1. 2.1.1.1

          Wako

          je veux dire que Poutine ne poussait pas de problème pendant de nombreuses années. c’est peut être que le problème ne vient pas de lui. Jamais un pays n’a aligné à la suite des dirigeants problématiques que les US.
          Oui l’OTAN aurait dû être dissoute.
          Si vous comprenez pas après ça, je peux rien pour vous (sans vous vexer).

          Reply
          1. 2.1.1.1.1

            Rémi

            Ah ben là, je suis mouché… ;-D

  3. 3

    thierry11

    Absolument remarquable votre article, très complet, bravo !

    Reply
  4. 4

    Nico

    Bravo pour cet article remarquable !
    J’ai beaucoup appris à sa lecture.

    Reply
  5. 5

    petitmarmotin

    Très bon article ! Une petite erreur cependant : le F-35 est loin d’équiper la force aérienne du Canada, l’annonce que le département d’Etat américain a approuvé la vente de 18 F/A-18E/F Super Hornet au Canada laissant de plus en plus penser que le Canada n’a toujours pas décider quel appareil il achèterait pour remplacer ses vieillissants CF-188, malgré son implication dans le développement du F-35…

    Reply
    1. 5.1
      Yannick SMALDORE

      Yannick SMALDORE

      Effectivement, ce n’est pas du tout une certitude, j’ai modifié l’article en fonction.
      Après, et ce n’est que mon point de vue, je reste persuadé que les forces aériennes canadiennes vont drastiquement monter en puissance dans les deux prochaines décennies, à l’instar de ce qui se profile depuis un moment en Australie. A terme, je suis prêt à parier qu’ils auront une flotte articulée autour des Super Hornet “d’intérim” et de nouveaux F-35, une fois que ces derniers auront corrigés leurs défauts de jeunesse et stabilisé leur prix.
      Mais c’est en dehors du sujet en effet, et l’article est corrigé. Merci de votre remarque 🙂

      Reply
  6. 6

    Arthur 25

    Bonjour à tous ,je doit dire que la récente sortie de André Lanata sur le déclassement de la France à cause des autres pays s’équipant de f35 ne me rassure pas du tout, car je l’interprète comme un aveu de l’infériorité de notre rafale face au f35 . j’espère me tromper…

    Reply
    1. 6.1
      Yannick SMALDORE

      Yannick SMALDORE

      Votre interprétation est celle de la plupart des commentateurs, y compris en Belgique, malheureusement.

      Ceci étant dit, pour avoir déjà entendu le Général Lanata parler de ce sujet, je pense que ses propos ont été sortis de leur contexte. A mon avis, il ne craint pas le déclassement technique ni même commercial de la France. Il craint son déclassement opérationnel, qui serait moins provoqué par l’arrivée massive des F-35 chez nos alliés que par l’arrêt des livraisons des Rafale auprès des forces françaises, et les retards (et éventuelles restrictions budgétaires) du standard F4.

      Le problème est vraiment là, et c’est ce qui motiverait encore plus la volonté de chercher des partenaires pour développer un Rafale+, une sorte de Rafale F4 musclé, qui arriverait dans les temps (les contraintes liées à l’exportation sont souvent mieux considérées par nos politiques que celles liées à la structure de nos forces, malheureusement) pour contrer le F-35 opérationnellement.

      Sans cela, le risque serait de voir l’Armée de l’Air privée de la possibilité de rester une nation cadre dans les opérations extérieures, puisque ses avions ne seraient pas équipés des derniers standards en matière de communication, liaisons de données, outils de déconfliction etc.

      La problématique était similaire au début des années 1990, quand l’exportation de F-16C et la modernisation des F-16A au standard MLU chez nos alliés rendait les Mirage 2000C “obsolètes” sur certains points, imposant l’achat d’une trentaine de Mirage 2000-5FR pour continuer à jouer dans la cour des grands, en quelque sorte.

      Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2015 Tous droits réservés "Le portail des passionnés d'aviation"