vendredi 12 septembre 2014

Ving années de service pour le Beluga

Ayant effectué son vol inaugural le 13 septembre 1994, le Beluga, avion-cargo prisé de tous et affectueusement baptisé du nom de la baleine blanche en raison de ses formes étonnantes, célèbre cette semaine ses vingt années passées à acheminer les éléments d’avions Airbus entre les différents sites de production européens de la société.

La flotte de cinq Beluga a remplacé en 1995 les anciens transporteurs Super Guppy qui approvisionnaient les chaînes d’assemblage final Airbus. Aujourd'hui, ces appareils effectuent plus de soixante vols par semaine entre onze sites, convoyant des éléments majeurs destinés à l’ensemble des programmes Airbus.

Mindef en visite aux EAU et en Egypte: bonne nouvelle pour le Rafale ?

Le calendrier du ministre de la Défense nous réserve une surprise bien peu détaillée sur un voyage aux Emirats Arabes Unis suivi de la République Arabe d'Egypte prévu les 15 et 16 septembre. Une visite de moins de deux jours dont nous ne connaissons pas l’objet.

Cependant, l’actualité récente nous ouvre des pistes de réflexion :
En début de mois, nous vous avions informés sur le Raid de Mirage 2000 des EAU qui, certainement dans un but de discrétion, était parti d’une base de l’armée de l’air égyptienne.
Il existe donc bien en  toute logique un lien à trouver entre ces deux pays et la France, bien qu’elle n’ait pas été directement impliquée dans cette affaire.

mardi 9 septembre 2014

Arctic Thunder 2014: 11 Rafale, 50 équipages en Norvège

Du 24 août au 5 septembre 2014, onze Rafale et plus de 200 personnels ont été déployés dans un important exercice en Norvège. Nommée Arctic Thunder, cette campagne de tir Air-sol est une première pour le Rafale. Nous avons pu interviewer le Lieutenant-Colonel Tricot, Chef du bureau Doctrine-Retex du CENTAC AIR, et pour l’occasion, directeur de cet exercice, que nous tenons à vivement remercier.
(l'ensemble des photos publiées sur cet article sont la propriété de l'armée de l'air, les droits sont réservés)


Bonjour mon Colonel. C’est la première fois qu’autant de Rafale sont déployés pour un exercice. Est-ce quelque chose d’exceptionnel ?

Le déploiement d’autant de Rafale n’a rien d’exceptionnel pour une campagne de tir air-sol. Ce qui est exceptionnel, c’est que depuis son arrivée dans les forces, les nombreux déploiements et l’activité soutenue en Opex (opération extérieure) n’ont justement pas permis de l’organiser. Pour l’entrainement des forces, un tel déploiement serait nécessaire tous les 12 à 24 mois . Des exercices existent bien en France, mais pas de cette ampleur.

Ryanair client de lancement du Boeing 737 max 200

Boeing a annoncé hier le lancement du tout nouveau membre de la famille 737 MAX avec un engagement d’achat de Ryanair portant sur 100 appareils. La principale compagnie low-cost européenne sera la première à exploiter le 737 MAX 200, un appareil dérivé du 737 MAX 8. Le 737 MAX 200 peut contenir jusqu’à 200 sièges, ce qui augmente les recettes potentielles et assure aux compagnies jusqu’à 20 % d’économies de carburant par siège comparé aux plus performants des monocouloirs actuellement sur le marché.

Cet engagement d’achat d’une valeur de 11 milliards de dollars au prix catalogue est assorti d’options portant sur 100 exemplaires supplémentaires du Boeing 737 MAX 200.

lundi 8 septembre 2014

Le CSeries est de nouveau dans les airs !

Bombardier a confirmé aujourd’hui que les essais en vol des avions CSeries ont repris avec le véhicule d’essai en vol no 2 (FTV2) qui a décollé aujourd’hui de l’usine de Bombardier à Mirabel (Québec).

Le vol d’aujourd’hui suit un examen et une analyse en profondeur de l’incident lié aux moteurs survenu au cours des essais stationnaires de maintenance au sol de l’avion FTV1 CSeries le 29 mai, à l’usine de Bombardier à Mirabel (Québec). Pratt & Whitney, en collaboration avec Bombardier, a pris des mesures appropriées pour résoudre le problème, dont la modification du circuit d’huile du moteur.

jeudi 4 septembre 2014

Perte d’un premier F-35 ? La motorisation en cause.

Le 23 juin dernier, suite à un problème d’incendie moteur, toute la flotte de F-35 fut interdite de vol durant plusieurs semaines. Les avions opèrent aujourd’hui avec des restrictions draconiennes, et la machine à communiquer US est en route. Il n’existe aucune information officielle de la perte de cet appareil, mais les informations officielles sont mauvaises, et les communiqués de presse délivrés suite aux nombreux incidents sur la motorisation s’emmêlent les pinceaux. La montée au créneau de généraux annonçant que tout va bien dans la tempête, et l’absence d’images entretiennent fortement l’hypothèse de la perte de cet appareil.

Retour sur l’incident

Le 23 juin, un important incendie se déclare lors d’un décollage. Le pilote réussi à s’extraire de l’appareil sans blessure, l’incendie étant maîtrise par les équipes de secours présentes sur la base. Nous ne savons pas exactement comment s’est déroulé l’incident, et si l’avion avait effectivement décollé ou non. Il n’est pas non plus impossible que le pilote se soit éjecté. Mais nous n’en savons rien. L’appareil a été stocké dans un hangar de la base d’Eglin à l’abri des regards, et aucune image n’a été publiée. L’appareil est le AF-27, portant le numéro de série s/n 10-5015, faisant parti du quatrième lot de production, selon le site JSFNeuws 

lundi 1 septembre 2014

Raid surprise des Emirats Arabes Unis sur la Libye

Par deux fois au moins, l’aviation Emiratie a fait parler la poudre en Libye à la fin du mois d’août. L’information sur cette opération est surprenante à plus d’un titre, et soulève d’intéressantes questions et débats, parmi lesquels le durcissement de la politique extérieure des EAU via l’utilisation de moyens militaires directs, qui à court terme peut influencer une nouvelle vision de la donne géopolitique de la région. Le lieu de départ du Raid (l’Egypte), comme les moyens utilisés (entre autre Mirage 2000), sont également très riches d’enseignements.

Si, quelque jours avant les révélations nous avions eu connaissance de raids aériens sur l’aéroport de Tripoli, théâtre de violents combats depuis plusieurs semaines entre différentes milices, et qu’il était clair  qu’aucun avion Libyen n’ayant la capacité d’agir de nuit et avec précision, le monde s’interrogeait sur la provenance de ces frappes. C’est le New York Times qui a révélé l’information, au travers de cet article  du 25 août, embarrassant au passage la diplomatie des Emirats qui n’a pas fait de commentaires, ainsi que l’administration Américaine qui n’a pas été mise au courant de ce raid d’une part, mais qui n’a pas non plus été capable, officiellement, de savoir qui avait agi.