mercredi 20 mai 2015

MALE 2020: les études techniques du nouveau drone européen sont enfin lancées.

Source Dassault Aviation
Enfin. C’est le mot que l’on aimerait pouvoir utiliser pour décrire la signature d’une lettre d’intention lançant officiellement le programme du futur drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) européen. Ce programme implique à l’heure actuelle les états et industriels français (Dassault Aviation), allemands (Airbus) et italiens (Finmeccanica) mais pourrait à terme intégrer d’autres partenaires, la Pologne et l’Espagne ayant été cités notamment.Toutefois, il serait imprudent de crier victoire trop tôt, puisque le principe d’un drone MALE européen est devenu une sorte d’arlésienne ces dernières années, très coûteuse en temps et en argent, aussi bien pour les états que pour les industriels.

Une genèse bien complexe...

En effet, le principe d’un drone MALE de conception Européenne n’est pas récent. Alors que le marché européen (et mondial) des drones est historiquement dominé par les productions américaines et israéliennes, l’industrie européenne accuse un retard de plus en plus marqué dans ce domaine, alors même que les besoins en drones MALE pour les armées de l’UE vont en s’accroissant.

mercredi 13 mai 2015

Avec le Rafale, le Qatar rentre dans la cour des grands

L'annonce du Qatar d'acheter 24, voire 36 Rafale est loin d'être anodine pour ce très riche petit état du Golfe. Il ne s'agit pas ici d'un simple remplacement d'appareils vieillissants, ni même d'un caprice de prince. Même avec "seulement" 24 Rafale, le Qatar ne va pas que doubler sa flotte d'avions de combat, ni même améliorer son efficacité, mais il se doter d'une force conventionnelle à même de pouvoir rééquilibrer profondément les rapports des forts aux faibles dans cette région si troublée, et d'imposer sa voix sur la scène diplomatique, à une échelle inaccessible jusqu'alors. Avec le Rafale, mais surtout avec l'armement que le Qatar a commandé, le pays se dote d'une véritable force de dissuasion conventionnelle... A des années lumière d'une armée de l'air seulement taillée pour assurer la sécurité de son propre ciel.

Opération Barkhane : le tant attendu 3ème drone Reaper est arrivé.

Déchargement du 3ème drone Reaper à Niamey
Lancé le 1er août 2014, l'opération Barkhane a pris la suite des opérations Serval et Epervier dans un contexte de globalisation régionale de la lutte contre le terrorisme.

Cette opération française, en collaboration avec les pays du "G5" africain (Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger, Tchad) a pour objectif de maintenir les acquis de l'opération Serval (recul ou neutralisation des groupes terroristes, destruction de leurs infrastructures) en exerçant une pression continuelle sur lesdits groupes.

Cette opération, aux côtés des forces armées locales, mobilise 3000 soldats français, face à environ 1500 hommes appartenant aux groupes terroristes Al Mourabitoune, Ansar Dine et AQMI.

lundi 11 mai 2015

Exercice Volfa 15-2 : Red Flag à la française ?


Le 29 Avril, un reporter de Portail-Aviation s’est rendu à Mont de Marsan, lors d’une journée organisée par l’Armée de l’Air afin de présenter l’exercice VOLFA15-2 à la presse. Seconde édition de l’année pour cet exercice qui peut en compter jusqu’à trois, il va devenir un des plus important organisé en hexagone. L’Armée de l’Air serait-elle en train d’organiser son Red Flag ? Pourquoi pas.


Reportage et photos de Vincent Massé, rédigé par Bruno Etchenic.


Durant cet exercice, une simulation de guerre comprenant une entrée en premier sur le territoire, selon un scénario de conflit de moyenne à haute importance est joué. D’importants moyens ont été déployés, aussi bien dans les forces assaillantes (les bleus) que les forces défensives (les rouges), pour immerger les participants dans une situation la plus réaliste possible. Plusieurs avions de combat, mais aussi ravitailleurs, avions SDCA (Awacs), avions de transport, mais aussi une section de missiles Sol Air MAMBA, ainsi que d’autres moyens de combat électroniques, ont permis de d’offrir aux participants la vision d’un champ de bataille complet.

Permanence opérationnelle: La Marine assure la relève, à flux tendu

Rafale Marine à l'appontage. Photo: Vincent Guisiano
Le 5 mai, et pour 15 jours, 2 Rafale de la flotille 12F vont assurer la permanence opérationnelle. Basé sur la BAN de Lann-Bihoué, ils prennent la relève des Mirage 2000-5 du 1/2 Cigognes de l'Armée de l'Air, régulièrement déployés sur cette base, près de Lorient.

Avec cette mission supplémentaire, même si elle ne mobilise "que" deux avions, l'aéronavale se retrouve sur tous les fronts. La 11F sur Rafale Marine et la 17F sur Super Étendard Modernisé sont sur le Charles de Gaulle, tandis que la 12F, restée en territoire breton, assure la fonction de flottille de soutien, à laquelle incombe la formation des pilotes.

La permanence opérationnelle est une mission assurée principalement par l'armée de l'air, mais également par la Marine nationale, et qui déploie en permanence, H24, tous les jours de l'année, 8 avions prêts à décoller à la moindre alerte. L'hexagone est découpé en quatre parties, et la Marine Nationale est donc en charge du quatre quart breton (désolé...) chacune sous la garde de deux avions, un "live" et un "hot". le premier devant décoller immédiatement sur alerte, le plus souvent pour porter assistance à des avions en difficultés, s'éloignant ou ne répondant plus au contrôleurs aériens. Le "hot" est un avion plus lourdement armé, notamment avec des missiles longue portée (Mica EM sur Rafale et Mirage 2000), devant répondre à une menace plus... Importante.
A savoir que des avions en vol peuvent également être déroutés pour plus de réactivité.

A400M: Crash en Espagne, un enjeu européen

A400M au décollage.Crédit photos: PE Langenfeld 
 Samedi, peu avant 13 heures, un Airbus A400M s'est écrasé dans un champ, moins de 5 minutes après son décollage. 4 des 6 membres d'équipages sont décédés dans l'accident, et deux autres, sauvés des flammes par des agriculteurs courageux, sont dans un état grave, mais stable.
Au-delà du drame humain, et bien qu'un crash ne soit jamais une bonne nouvelle, celui-ci arrive à un très mauvais moment, alors qu'Airbus Defense & Space, dans la tourmente sur ce programme, tentait de satisfaire ses clients après de nombreux écueils révélés ces derniers mois.

A propos de l'accident, nous ne savons pas grand-chose. Simplement que l'équipage a signalé un incident juste après le décollage, puis a demandé à retourner à son point de départ deux minutes plus tard. Il aurait ensuite annoncé qu'il ne pourrait pas revenir sur la piste indiquée par les contrôleurs. Quelques secondes après, l'avion percutera des lignes haute tensions avant de s'écraser dans un champ.

vendredi 8 mai 2015

Le MIDCAS : vols de drones au milieu du trafic aérien civil



Photo : European Defense Agency (Sky-Y)
Fin avril, le MIDCAS (Mid-air Collision Avoidance System) a terminé sa campagne d’essais en Italie. Cet équipement permettra aux drones équipés d’avoir « conscience » de leur environnement, c'est-à-dire des aéronefs évoluant à proximité ce ceux-ci, et ainsi de pouvoir réaliser des manœuvres d’évitement en cas de risques de collisions. Ces essais, d’une durée de 48 mois, ont été soutenus par cinq nations (la France l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Suède) et quatorze industriels, le tout avec une enveloppe de 50 millions d’Euros. Les vols ont été réalisés à l’aide d’un CASA C212 de la DGA/Essais en vol équipés du MIDCAS, puis avec le drone Sky-Y d’Alenia Aermacchi, modifié pour mener cette campagne de tests.

Pour bien mesurer l’importance de cet équipement, il faut tout d’abord comprendre comment les avions s’évitent en général. Il faut savoir qu’il existe deux moyens de piloter un avion :